germinal01

22/03/2011

Palais de justice

Que de monde mardi matin au Bourg de Four !

Lire la suite

15:16 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | | |

30/04/2010

La mauvaise foi est la chose du monde la mieux partagée (Descartes)

Le Madison Square d’Uni Mail était bien garni hier soir ; on y donnait, par gladiateurs interposés, un texte brûlant d’actualité « Décroissance ou développement durable ? » mis en scène notamment par le ROC( réseau objection de croissance) ; public attentif, des post-babas, des bobos, des étudiants-es (beaucoup), des croyants, des Verts, un député radical, un ancien maire de la Ville, un ancien conseiller d’Etat, des fundi, des fans de Dany le Vert (zont en pris plein la tronche) des scientifiques, des scientistes et sûrement quelques ratons-laveurs. Je ne sais pas si Michel Chevrolet était là.

Lire la suite

11:51 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

22/10/2008

Contorsionnisme à l'italienne

Selon le chanteur Renaud il y a maintenant quarante ans (mai 68) que la dernière guerre a pris fin.

Pour fêter cet événements les français sont allés à Grenelle y signer des accords ("cher patron, cher prolétaire, merci beaucoup c'était très bien, on ne recommencera plus") ; c'est pour cela qu'on les appelle depuis lors les accords de Grenelle. Les français aiment bien Grenelle. C'est comme ça on ne peut rien y changer. Ils aiment tellement Grenelle qu'ils y retournent parfois. Tenez, l'an dernier ils s'y sont retrouvés à l'invitation de leur président inquiet pour l'avenir de la planète. Ce fut le Grenelle 1 de l'environnement. Une année plus tard ils s'en souviennent et votent une loi qui fait la part belle à l'alimentation bio, aux énergies renouvelables (objectif 23% d'ici 2020), aux bonu-malus sur la consommation et au programme de grands travaux en faveur des transports publics. Mais, malins comme l'homme de Tautavel, ils font exprès d'oublier dans leur loi tout le volet de la fiscalité écologique (taxe carbone, éco-redevance pour les poids lourds) et se donnent ainsi un bon prétexte pour retourner bientôt à Grenelle ; ce sera le Grenelle 2 de l'environnement. On se réjouit.

Les italiens eux n'ont pas la chance de connaître Grenelle ; leur premier ministre, Sua Emitenza, n'y est jamais allé. Lui il va en Sardaigne, à Porto Cervo, où, sur la côte, il souffle toujours une brise agréable (tous les navigateurs vous le diront). Il a donc beaucoup de peine à croire ces histoires qu'on a racontées à Kyoto et du reste lui, il n'y était pas à Kyoto le 16 mars 1998 ; c'est cette andouille de Romano Prodi qui a signé ; lui il n'a rien promis et puis d'habitude les protocoles c'est lui qui les rédige, qui les signe et qui ne les applique pas. C'est pour ça qu'il est très fâché avec ses copains de l'Union européenne réunis à Luxembourg. La veille de la rencontre son minitre Alfiero Matteoli avait déclaré que l'Italie demanderait la renégociation des accords de Kyoto. Sua emitenza Berlusconi estime en effet que claquer 180 millards d'euros pour le paquet environnemental d'ci 2020 ce n'est pas supportable ; l'Italie ne payerait que progressivement et pas avant 2013 les droits de polluer du secteur thermoélectrique et voudrait d'autre part qu'on augmente au maximum prévu la possibilité de produire de l'énergie propre dans les pays où elle coûte moins cher (donc pas en Italie) et de la comptabiliser comme réduction nationale (donc en Italie). Effets d'annonce. Au Grand Duché la sémillante ministre de l'Ambiente Stefania Prestigiacomo a fait patte peluche et chattemite car à en croire Jean-Louis Borloo, grand artisan du Grenelle 1 "il existe une forte volonté des états membres pour intensifier les travaux et arriver à un accord sur le paquet climat/énergie avant la fin de l'année ; il n'y a pas d'exception italienne".

Alors pourquoi ce contorsionnisme transalpin ? 
On trouve la réponse dans le dessin féroce du vignettiste  Ellekappa où dialoguent ses légendaires personnages :

 elekappa.jpg

 

 - Défendre l'environnement c'est un investissement pour le futur, non ?
- Oui, mais Berlusconi a 72 ans.

 

in la Reppublica

 

16:37 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |