germinal01

04/11/2008

Le vent de la discorde souffle sur la jetée des Pâquis

On vivait la fin des années 80 ; ce qui était à craindre se précisait. La FAO annonçait à la rubrique "autorisations" d'abord le réaménagement puis la reconstruction des Bains des Pâquis. Ce qui signifiait de fait la destruction des Bains des Pâquis.
Les autorités de la ville de Genève allaient gommer de la rade cette silouhette sobre et paisible sur la jetée de la rive droite construite en 1932 pour y aménager un aqualand. Elles couraient, sans le savoir encore, au devant d'un échec de politique urbaine les plus cuisants qu'on ait connu. Elles soulevaient un puissant mouvement populaire (au sens noble du terme) de révolte qui prit forme dans l'AUBP, animés par des citoyens dont l'engagement, la détermination, le sens pratique furent exemplaires.

Le résultat du referendum fut sans appel, les Bains des Pâquis étaient sauvés.

Aujourd'hui c'est un lieu d'excellence (qualifié ainsi dans une brochure officielle de la Ville de Genève), géré par la même association, où il fait bon vivre, en été comme en hiver, ; on s'y restaure pour quelques fifrelins, on prend soin de sa santé, on s'y amuse, on y refait le monde sous les canisses des terrasse, on y danse, on y joue aux cartes, aux boules, on y voit des expositions.....on y vit simplement, la qualité avant tout.

C'est ce que j'écrivais au mois de mars de cette année à l'occasion des 20 ans de l'Association des usagers des Bains des Pâquis.

Le quotidien bleu, qui héberge notre communauté de blogueurs, nous apprend mardi matin que le torchon brûle au comité de l'association. J'ai mal aux Bains que j'aime tant et de la peine à croire que la gestion soit si calamiteuse qu'on nous l'annonce car les repas servis sont toujours aussi bons et peu onéreux, le sauna, le hammam et le bain turc fonctionnent, les massages annoncent complet presque tous les jours et surtout les employés des Bains ne se sont pas manifestés ni plaints de leur employeur, le comité de l'AUBP.
Je constate avec regret, pour avoir au mois d'août assumé, avec un ancien président de l'association, le rôle de médiateur entre les deux groupes qui s'opposent aujourd'hui, que les engagements pris par les uns et les autres n'ont pas été tenus.
C'est une assemblée générale à organiser au plus tôt qui permettra aux usagers et membres de l'AUBP de prendre la mesure de ce qui, vu de l'extérieur, a toutes les apparences d'une crise strictement interne sur fond de conflit de personnes et de prendre les décisions qui s'imposent, sereinement mais fermement. Un audit du service des sports mené par le Contrôle financier de la Ville est en cours. Puisse-t-il rendre rapidement ses conclusions et apporter un éclairage, rassurant on l'espère, sur la gestion de ce lieu tant apprécié des genevois.

........ comme la vie est agréable une fois passé le Goléron !

 

20:33 Publié dans Associations | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |