germinal01

07/12/2015

Le choc ? Quel choc ?

Les titres de la presse , nationale et internationale portent ce matin à sourire.

"L'onda Le Pen sulla Francia" (Corriere della Sera)
"Francia : lo shok Le Pen" (La Reppublica)
"La Rivoluzione francese" (Il Tempo")
"
Marée noire" (Le Soir...Bruxelles) 
"
Le choc" (Le Figaro)      
"Le choc" (l'Humanité....tiens ça existe encore)
"Le coup de tonnerre du FN" (Les Echos)

CVkhxHTWUAAZZNL.pngSeul, dans la panique générale, le quotidien français LIBERATION de la gôôôche-lilibobo* voit plus loin que le bout des claviers.
En effet, il ne s'agit plus d'un coup de semonce. C'était prévisible.....  .....Marine Le Pen sera présente au deuxième tour de la prochaine élection présidentielle.

Quelles sont les raisons de cette prémonition ?
La ténacité, la ligne politique invariable (parfois sur des thèmes rances ou économiquement rigolo à lire même pour un titulaire de bachelor en finances publiques) l'habile mise à l'écart du père (dans un excellent timing), un indéniable charisme, des lieutenants subtils dans la modulation des postures, les attaques symétriquement dosées contre
le système RPR-PS et l'exploitation récurrente à 180 degrés du concept "National".

Facteurs supplémentaires du succès : la crispation sarkozyste sur l'échéance présidentielle qui essaie de faire croire que "ni-ni" est un politique (ce qui hérisse les vrais gaullistes), une droite qui se cherche avant probablement de se résoudre à Jupé sous peu ( ouf, elle y aura mis le temps !), une gauche archi-divisée par les ambitions, les plans de carrière, sur ses propres archaïsmes, sur le nucléaire, sur les problèmes sociaux, empéguée* entre le pathétisme des Mélenchon , Laurent penseurs dinosauriques et l'irrésolution encore vélléitaire des Verts ....tant d'adjuvants décisifs qui contribuent à l'avènement de ce qu'on appelle à tort un choc. Certes d'aucuns peuvent être choqués, fâchés, ultra-inquiets mais en tous cas dégun** ne peut se dire surpris.

Le premier vrai choc s'était produit il y a de nombreux lustres lors des Européennes. Le regretté Jean Poperen (qui fut ministre de Mitterand) avait quitté le plateau télévisé à l'arrivée du "Menhir" aujourd'hui écarté et ignoré, Jean-Marie Le Pen.

12193770_1025041770849677_1408659449629287463_n.jpgLa léninienne question "Que faire ?" se posait hier soir sur TF1, France 2 et 3 ...
A droite ce fut presque lamentable : Sarkozy attaque le président Hollande, flatte les électeurs FN, rameute les abstentionnistes, refuse le Front Républicain ; conclusion sous-entendue : "Je suis la seule solution, il faut voter LR (le nouveau sigle du RPR).
Une bellâtre regarde la gauche du haut de sa suffisance, appelle le Parti Socialiste au "bon sens démocratique et républicain" et lui demande de retirer ses candidatures. (Laurent Vauquiez qu'il s'appelle).

Ce matin, l'influent ancien ministre Eric Woerth explique que "la droite n'a plus pas de leader officiel", Jupé se frotte les mains...Sarkozy écume....

A gauche, on tergiverse....Front Républicain ? Fusion des listes (avec qui ?) Réunion de toutes les "gauches et des écologistes". (un parfum de Programme Commun Marchais-Fabre-Mitterand à la limite du ridicule tant sont profondes les divergences).

Puissent les Verts français ne pas mordre à cet hameçon et initier ainsi une convaincue traversée "Alleingang" dont on devrait s'inspirer à Genève.

On saura tout sur les listes en présence mardi soir 8 décembre tandis qu'à Berne on entrera dans la nuit des longs couteaux.... y aurait-il un élu surprise au Conseil Fédéral le lendemain 9 décembre ?

......tout passe.......

*libertaire-libéral
** personne

13:51 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

En effet. Et je suis allé un peu dans le même sens un peu plus tôt ce matin. http://wavrerolin.blog.tdg.ch/archive/2015/12/07/un-fumet-d-indecence.html

Quand on se laisse trop aller aux politicailleries, ca fait le lit de l'anti-système. Et quand en plus il est techniquement et tactiquement bon, ca craint. De plus, le FN n'a pas de bilan à défendre, pas de responsabilités à assumer. Les échecs de Vitrolles et Avignon datent de plus de 20 ans...

Écrit par : Rolin Wavre | 07/12/2015

Mais ce qui me choque c'est de voir l'inculture politique de ce monde, petit, mesquin, triste, à l'égard d'un vote à la proportionnelle. Là ils n'on rien compris puisque l'essentiel des réactions des perdants a été de discuter -honteusement - qui de retrait de liste, qui de fusion manquée et j'en passe dans un raisonnement typique des élection majoritaires à deux tours ! Or une élection à la proportionnelle a précisément pour but de permettre au plus grand nombre de tendances, de listes d'être présent dans l'arène démocratique. Se retirer comme le fait le PS est une insulte aux électeurs, au système proportionnel choisi (précisément par ce gouvernement socialiste) pour diviser la droite, vieille tactique mitterandienne qui se retourne contre le PS lui-même. Choisir un système proportionnel et refuser de travailler avec celles et ceux qui auront été choisis par les électeurs, démocratiquement, montre -en était-il besoin - quelle piètre idée ils se font de ce mode de scrutin, donc de la démocratie. Pauvre France, immature politiquement et condamnée probablement à gémir des avancées d'un parti démoli par tous les caciques et les officines parisiennes mais choisi et soutenu par la France des régions, celle des gens et de leur vie quotidienne. Quoique puissent dire les mauvais perdants, la démocratie a permis au peuple de se prononcer et c'est connu, le peuple - en démocratie du moins - a toujours raison.

Écrit par : uranus2011 | 07/12/2015

C est assez amusant de voir tous les gens se pamer devant Juppé. Vous croyez sincerement qu il sera a la hauteur de la tache ?
C est les solutions des annees 70 au probleme du 21eme sciecle (juppe est né a la fin de la seconde guerre, il n a jamais rien fait a part de la politique comme son mentor Chirac)
Pire il a deja ete au commande de la France (comme premier ministre il y a 20 ans). Et qu a t il fait ? couvrir ses copains qui tapaient dans la caisse (comme lui certes), augmenter les impots (+2 % de TVA, creation du RDS), se mettre tous le monde a dos avec son attitude psycho rigide ("droit dans mes bottes") et pour finir generer des greves massives et la resurrection du PS.

Juppe c est un chirac bis (le cote "sympa" et proche des gens en moins). Avec ca on est sur de voir Marine Le Pen en 2022 a l elysee

Écrit par : cdf | 08/12/2015

Libé avait déjà titré “le choc” en 1984 après les élections européennes et la première percée de Le Pen... 31 ans que le cauchemar dure...

Écrit par : G. Walascheck | 09/12/2015

Les commentaires sont fermés.