germinal01

20/11/2015

Hommage à Larry !

On pouvait s'attendre, vu ma passion inconsidérable (oui c'est un néologisme) pour le rugby, qu'hommage fût rendu sur ce blog à l'immense Jonah Lomu "plaqué par la maladie" comme le titre ce vendredi l'Equipe. L'excellllent Pierre Michel Bonnot, du quotidien précité parle de "Jonah Tout-Puissant". Lisez-le donc.

Mon propos sera plus local et ancré dans la fin des années 50 et le début des années 60. Une cover de 45 trs et quelques brèves lignes nous informaient mardi dans la Tribune que Larry Greco était décédé.
Kézaco ? On connaît Juliette Gréco, Joe Greco (guitariste de J. Halliday) mais Larry Greco...hmmm ...hmmm
yolène.png

De son vrai nom Roger-Claude Degallier, né en 1941, il fut le premier chanteur de rock suisse (genevois disons-le) qui vendit un "gros paquet" de disque en France. Ses titres passèrent régulièrement sur l'antenne d'Europe 1, dans l'émission culte "Salut les Copains".

Au bout du lac c'était l'époque de Gil Rocky et les Cannonball, des Jennys de Gérald Matthey (choriste encore aujourd'hui chez Alain Morisod), juste après les pionniers : le père Glôzu et Daniel Golay dans les Joeys.

Lui, Larry Greco, avait son groupe : Les Mousquetaires, avec Jean-Claude Tschannen (basse RIP), Bernard Guggelmann (batterie) Jerry Chardonnens (orgue Farfisa RIP) et le très vaillant Jean-Jacques Egli et sa belle Gibson (il est depuis de très longues années le fidèle guitariste-chanteur des Sweet People d'Alain Morisod).
On allait écouter Garry Léco et les Moustiquaires (c'est ainsi qu'on surnommait gentiment ce quintet) à la salle de la Réformation ou à la Maison des Jeunes sise alors tout près du Journal de Genève, r. Général Dufour....c'était généralement Gil Aubert qui présentait les concerts et qui se faisait copieusement sifflé et brocardé.

(ci-dessous Jean-Claude Tschannen, Larry Greco, Jean-Jacques Egli)

tschannen.jpg
Il y eut un tube : MARY-LISA et son fameux lick d'intro (mi-mi fa#-mi sol-mi la-sol-mi) "Tu es parti dans le froid, la neige et le vent...." Larry Greco devint célèbre, ami de la famille Vartan, il enregistra à Paris et connut un succès appréciable. Les Mousquetaires disparurent...devinrent les Relax, les Dandys...ma mémoire flanche), Jerry Chardonnens fit une pige pour les Four Shakers de Daniel Nicky Nicollin puis s'orienta vers le jazz comme le fera également, mais à Lausanne, Léon Francioli des Aiglons.

....et nous, nés après la guerre, on s'émerveillait de voir sur scène en personne Larry Gréco, on gratouillait sur des guitares Eko au mieux sur des Hohfner.....on rentrait à la resquille (car on n'avait pas 16 ans) à Plainpalais pour voir les Chats Sauvages de Dick Rivers (154 chaises cassées) le jeudi on allait au cinéma Corso, au Pélican ou au Voltaire vivre nos premiers émois amoureux.......

Il y a quelques années, Alain Morisod, toujours fidèle en amitiés, produisit un album de Larry Greco qui n'eut pas le succès attendu.

Ah, ma bonne Dame, mon bon Monsieur, toute une époque. Salut merci à tous !

.............tout passe.................

ps : "Oublie Larry" par Dany Logan et les Pirates....une des chansons préférées de Coluche (reprise par les Clackos)

 

 

 

17:28 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Quelle époque! Merci pour cet excellent texte me rappelant ma jeunesse musicale comme auditeur.
Cette période ne peut s'oublier et encore aujourd'hui, en écoutant les Clackos, cela ranime des souvenirs inoubliables malgré mes longs séjour en internat et les nombreuses heures d'écoute de musique classique que nous étions "contraints" d'assimiler.
Un grand merci à vous tous, musiciens et chanteurs de rock des années 60, cela m'a permis de rêver et de rêver encore aujourd'hui.
Une pensée toute particulière aux proches de Larry Greco.
Que vive encore longtemps cette page d'histoire genevoise.
Amitiés â vous toutes et tous.

Max Berg

Écrit par : Max Berg | 21/11/2015

Les commentaires sont fermés.