germinal01

18/09/2015

Intercity Genève-Berne....attention au départ !

Anne Mahrer
Cette femme incarne par le coeur, la lucidité et la ténacité tout une partie de l'histoire des Verts genevois.
Elle fut une remarquable présidente du parti cantonal, ni ambitieuse, ni autoritaire.

Portraits 24.01.2015-114.jpg


Son parcours d'élue passe par le Conseil municipal de Puplinge, le Grand Conseil qu'elle présida en 2006-2007 , le Conseil National en 2013 où elle remplaça un autre vert, élu au Conseil d'Etat.
Elle sollicite un nouveau mandat cet automne.
Son intervention sécuritaire sur le transport de chlore par le rail fut remarquée et appréciée.
Elle préside notamment la Fondation pour la prévention du cancer du sein et se montre active "Au Coeur des Grottes" et à F-Information.
Quelqu'un de bien.


 1.« Je crois finalement que je suis de Belgique, même si on ne sait pas très bien ce qu’est la Belgique on peut dire que l’on est Belge. » (Amélie Nothomb)

Savez-vous ce qu’est la Suisse ?

 A.M.C’est 26 fois une adhésion à un Etat fédéral, un long processus et une volonté de faire cohabiter diversité culturelle, linguistique et géographique.

 C’est un système politique qui a fait ses preuves, une démocratie de proximité où l’on peut donner son avis sans danger pour sa liberté.

 Un pays qui a ses lenteurs et qui a mis du temps, beaucoup de temps à accorder le droit de vote aux femmes. Je m’arrête là pour les lenteurs.

 Un pays ouvert sur le monde, berceau de l’action humanitaire et qui doit veiller à préserver ses valeurs fondamentales.

 

2. Voudriez-vous citer 5 personnages (vivants ou non) qui incarnent votre idée de la Suisse ?

 A.M. : Anne Cuneo, pour son parcours d’immigrée et ses talents reconnus bien au-delà de nos frontières.

 Aimée Stitelmann, pour son courage à faire passer en Suisse des personnes fuyant la barbarie nazie et condamnée en 1945 par la justice militaire suisse pour « aide à la fuite ». Réhabilitée en… 2004 !

 Alexandre Jollien, pour sa leçon de vie et de philosophie

 Emil, pour les « Faiseurs de Suisses », son caporal Schnyder et son humour qui renversent les clichés

 Denis de Rougemont ,pour sa vision d’une Europe fédéraliste et, notamment, son livre « L’avenir est notre affaire ».

 

3. « L’art de la politique c’est de savoir où il faut s’arrêter.. et d’aller un peu plus loin »
Allez-vous souvent plus loin ? Pourquoi/Pourquoi pas ?

 A.M. : L’art de la politique actuelle est de s’arrêter au court terme, il est donc indispensable d’aller plus loin.

 
4. « En politique on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables. (Clemenceau)
Un commentaire ?

 A.M. : Plus prétentieux tu meurs, d’ailleurs il est mort !

 

5. « Etre populaire quand on veut gouverner, cela ne s’est jamais vu » (Raymond Barre)
La popularité y veillez-vous ?

 A.M. : Plus qu’à ma popularité, je veille à la cohérence, à dire ce que je fais et faire ce que je dis, fidèle au projet politique que je porte, aux valeurs que je défends, aux raisons de mon engagement.

 6. « L’instant de la décision est une pure folie » (Kierkegaard)
Comment  décidez-vous ?

 A.M. : Je m’informe, je partage, je consulte les bonnes personnes pour décider en connaissance de cause.

 7. Pensez-vous qu’un jour la Suisse adhérera à l’Union européenne ? Le souhaitez-vous ?

 

A.M. : Aujourd’hui la Suisse n’en prend pas le chemin. Pour l’heure, suite à la votation du 9 février, elle cherche la voie à suivre pour maintenir nos relations bilatérales avec l’Union européenne. L’adhésion n’est donc pas pour demain.

La Suisse adhérera à l'Union européenne pour autant que la démocratie directe et le fédéralisme soient préservés.  

8. Le système démocratique suisse est-il viable à long terme ? L’aménageriez-vous ? Comment ?

 

A.M. : Oui. Depuis 1848, notre démocratie a su s’adapter aux changements. Elle doit continuer à le faire sans remettre en cause ses valeurs fondamentales, son système démocratique que nombres de pays nous envient.

 

9. Vos refuges pour vous extraire des turpitudes de la politique (famille, musique, voyages…….)

 

A.M. : Après 3 semaines de session : le silence et le calme d’une ballade dans la campagne genevoise toute proche, sans téléphone.
La famille et les ami-e-s qui me soutiennent et acceptent l’engagement chronophage de mon activité politique.
Enfin tout ce qui permet de prendre un peu de distance avec l’actualité politique : la musique, la lecture, la culture en général.

 10. Dans l’exercice de la politique avez-vous déjà eu peur ? (exemples…commentaires)

 A.M. : Je n’ai jamais eu peur pour moi-même dans l’exercice de mes mandats politiques, en revanche, j’ai eu des appréhensions avant un débat, à la veille de votations ou d’élections. Je peux avoir peur des conséquences de certaines décisions politiques ou résultats de votations. Il n’y pas de bonnes solutions dictées par la peur. La peur est mauvaise conseillère. C’est le fonds de commerce de l’extrême droite.

 

11. Le doute est-il une qualité nécessaire à l’exercice du « métier politique » ?

A.M. : Le doute est un ingrédient essentiel à la réflexion politique. Il permet de vérifier la pertinence de ses arguments, de confirmer ou d’infirmer ses positions, enfin de lever le doute et de décider.


12. La question que vous auriez aimé qu’on vous posât ?

A.M. :
Combien de femmes élues au Parlement en automne 2015 ?


……..tout passe…………

 

14:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Léger vent de révolte contre Yann Arthus Bertrand ,alors qu'il survole un village d'outre nulle part au moment d'une procédure électorale : quelques spécimens de la Fameuse Marge qu'il affectionne s'agitent des ailes plutôt celles de gauche afin de signifier qu'ils existent en dehors de la Sainte Scène du Genève à Show .
Mais quelques star du PS Le parti de Salvan ont sifflé la rentrée de la lutte des classes.
Tout Lasse.
P.S. je découvre que Decaillet censure électroniquement les mauvais esprits.
"Désolé, erreur à l'envoi de ce commentaire"
Cela se nomme "Libertés"

Écrit par : briand | 19/09/2015

Les commentaires sont fermés.