germinal01

01/09/2015

" Intercity Genève-Berne....attention au départ ! "

Le Conseiller national sortant PLR, Hugues Hiltpold, répond au questionnaire de "Tout passe".

Les Hiltpold ont la politique inscrite dans l'ADN familial : Pierre, ancien maire de Carouge, Serge député chef de groupe PLR au Grand Conseil genevois, Anne, fraîchement élue conseillère administrative dans la cité sarde et Hugues qui sollicite un nouveau mandat cet automne pour l'élection au Conseil national.

avatar_HH2015_2.jpg

1.« Je crois finalement que je suis de Belgique, même si on ne sait pas très bien ce qu’est la Belgique on peut dire que l’on est Belge. » (Amélie Nothomb)
Savez-vous ce qu’est la Suisse ?

 

HH : On dit souvent que si Les Suisses s’entendent si bien, c'est  parce qu’ils ne se comprennent pas. C’est évidemment faux même s’ils ne se comprennent pas forcément toujours… La Suisse est composée de plusieurs langues, plusieurs cultures, plusieurs religions mais une volonté commune les unit au-dessus de tout : celle de vivre ensemble en harmonie, où l’esprit d’entreprise est récompensé sans pour autant qu’on laisse au bord du chemin celui qui n’y arrive pas encore.

 

2. Voudriez-vous citer 5 personnages (vivants ou non) qui incarnent votre idée de la Suisse ?

 

HH : Henri Dunant pour avoir créé la Croix-Rouge, James Fazy pour avoir été un des artisans de la Suisse moderne, Nicolas Hayek pour son esprit d’innovation et d’entreprise, Claude Nobs pour avoir fait de la Suisse un acteur incontournable de la scène musicale jazz/rock et Le Corbusier, architecte qu’on ne présente plus. Ça fait beaucoup de Romands…

 

3. « L’art de la politique c’est de savoir où il faut s’arrêter.. et d’aller un peu plus loin »
Allez-vous souvent plus loin ? Pourquoi/Pourquoi pas ?

 

HH : Il faut toujours aller jusqu’au bout de ses convictions mais aussi savoir s’arrêter dans la recherche du consensus. La Suisse s’est construite autour de la recherche du consensus ; cela prend un peu de temps pour faire aboutir un projet mais le gros avantage est qu’on n'y revient plus par la suite . Cela garantit la sécurité du droit et une certaine stabilité enviée par beaucoup.

 

4. « En politique on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables. (Clemenceau)
Un commentaire ?

 

HH : Sans commentaire… Ayant succédé à moi-même il y a quatre ans et n’ayant pas (encore) de remplaçant, c’est compliqué de répondre !

 

5. « Etre populaire quand on veut gouverner, cela ne s’est jamais vu » (Raymond Barre)
La popularité y veillez-vous ?

 

HH : La popularité fait partie de la politique mais il ne faut pas en être aveuglé. Il faut faire correctement son job, au plus près de sa conscience et de ses valeurs, et garder autant que faire se peut sa cote de popularité intacte !

 

6. « L’instant de la décision est une pure folie » (Kierkegaard)
Comment  décidez-vous ?

 

HH : Je décide vite et ne reviens, en principe, jamais sur les décisions que j’ai prises. Quand on doit mener en parallèle une carrière politique au Conseil national et diriger un bureau d’architectes, on apprend à décider vite.

 

7. Pensez-vous qu’un jour la Suisse adhérera à l’Union européenne ? Le souhaitez-vous ?

 

HH : La Suisse n’a aucun intérêt aujourd’hui à adhérer à l’UE dans la mesure où les accords bilatéraux permettent à son économie de prospérer. Si par malheur les accords bilatéraux et la libre circulation des personnes venaient à disparaître, la question de l’adhésion se poserait évidemment différemment… 

 

8. Le système démocratique suisse est-il viable à long terme ? L’aménageriez-vous ? Comment ?

 

HH : J’en suis convaincu. Il a fait ses preuves par le passé et reste pertinent encore aujourd’hui. Ce qu’on peut en revanche regretter, c'est cette tendance à la professionnalisation des élus qui fait que le parlement est de moins en moins un parlement de milice. Ce qui est regrettable.

 

9. Vos refuges pour vous extraire des turpitudes de la politique (famille, musique, voyages…….)

 

HH : J’ai commencé à jouer de la guitare le jour où j’ai été élu au Grand Conseil. Je n’ai jamais cessé d’en jouer depuis et joue aujourd’hui chaque jour ! Je pratique aussi le ski de randonnée l’hiver et le jogging l’été, ce qui me permet  de perdre mes kilos en trop tout en m’évadant…

 

10. Dans l’exercice de la politique avez-vous déjà eu peur ? (exemples…commentaires)

 

HH : La peur est humaine et normale, y compris dans nos activités politiques. Je n’ai jamais eu peur de prendre les décisions que j’ai prises, je suis assez sûr de mes convictions. Mais j’ai par contre souvent peur de ne pas réussir à tout concilier et surtout peur d’oublier de répondre à des sollicitations de citoyens, comme la réponse à ce questionnaire que j’avais zappé…

 

11. Le doute est-il une qualité nécessaire à l’exercice du « métier politique » ?

 

HH : Le doute est sain, il permet de se rassurer. Encore faut-il savoir sortir de ses convictions quand le doute l’emporte mais aussi ne pas laisser le doute s’installer trop longtemps et décider à temps ! Un doux équilibre en somme.

 

12. La question que vous n’auriez pas aimé qu’on vous posât ?

 

HH : Celle-ci !

 

.....tout passe.......

 

 

15:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.