germinal01

24/08/2015

" Intercity Genève-Berne....attention au départ ! "

A l'occasion des élections fédérales du 18 octobre prochain, je publierai sur ce blog, dès cette semaine, les réponses des différents candidats et candidates que j'ai sollicités et qui ont courtoisement accepté de se soumettre au questionnaire que je leur ai adressé.

Qu'ils, qu'elle soient ici chaleureusement remerciés.


 

En guise d'apéritif, je vous propose les réponses d'un ancien Conseiller d'Etat genevois, remarquable et remarqué ministre des finances pendant huit ans (2005-2013), qui aurait eu aisément sa place sous la Coupole s'il l'avait souhaité.

Merci DAVID HILER
, pour tout ce que vous avez accompli au service de
Genève

220px-Photo-Hiler_Faustino_032.jpg

1.« Je crois finalement que je suis de Belgique, même si on ne sait pas très bien ce qu’est la Belgique on peut dire que l’on est Belge. » (Amélie Nothomb)
Savez-vous ce qu’est la Suisse ?

 D.H. : Oui.Une Confédération dont l’identité est fondée sur quelques mythes et un grand art de gérer différer les différences et les conflits grâce au système démocratique le plus abouti de la planète. Un petit pays qui joue parfois les gagne-petit mais qui n’a jamais agressé une autre Nation (depuis 1848)

 

2. Voudriez-vous citer 5 personnages (vivants ou non) qui incarnent votre idée de la Suisse ?

 D.H. : Henri Dunant, Denis de Rougemont, Friedrich Dürrenmatt, Jean-Pascal Delamuraz et Gustave Ador.

 

3. « L’art de la politique c’est de savoir où il faut s’arrêter.. et d’aller un peu plus loin »
Allez-vous souvent plus loin ? Pourquoi/Pourquoi pas ?   Etes-vous allé-e parfois plus loin ?

 D.H. : Oui, des fois ça marche, des fois non !

 

4. « En politique on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables. (Clemenceau)
Un commentaire ?

 D.H. : C’est hélas parfois vrai au premier degré, souvent exact au second degré – politique politicienne exige !

 

5. « Etre populaire quand on veut gouverner, cela ne s’est jamais vu » (Raymond Barre)
La popularité  y avez-vous veillé ?

D.H. : Le mieux c’est de respecter le précepte de Guy-Olivier Segond : Bien faire et laisser braire. La popularité vient toute seule. De toute façon, la popularité ne s’explique pas si facilement. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi un personnage aussi atypique que moi pouvait être si populaire.

 

6. « L’instant de la décision est une pure folie » (Kierkegaard)
Comment  décidiez-vous ?

 D.H. : Je m’imbibe de la thématique, puis je laisse faire l’intuition.

 

7. Pensez-vous qu’un jour la Suisse adhérera à l’Union européenne ? Le souhaitez-vous ?

 D.H. : Oui, mais tant qu’à faire autant attendre que l’UE ait adopté les réformes qui la rendront un peu plus attirante.

 

8. Le système démocratique suisse est-il viable à long terme ? L’aménageriez-vous ? Comment ?

D.H. : C’est le système démocratique le plus abouti du monde. Il doit continuer à évoluer comme il le fait depuis 1848 : fusion des cantons, suppression du Conseil des Etats me paraissent être les réformes qu’il faudra bien entreprendre une fois.

 

9. Vos refuges pour vous extraire des turpitudes de la politique (famille, musique, voyages…….)

 D.H. : Pour un conseiller d’Etat : séjourner à l’étranger trois semaines par an est nécessaire. Aller voir des concerts et du théâtre fait du bien Aller au match ou regarder des matchs à la TV est une activité délassante quand on en arrive au point de ne plus pouvoir lire ou regarder un film.

 

10. Dans l’exercice de la politique avez-vous déjà eu peur ? (exemples…commentaires)

 D.H. : Peur non, mais il m’est arrivé d’être rongé par l’anxiété.

 

11. Le doute est-il une qualité nécessaire à l’exercice du « métier politique » ?

 D.H. : C’est une étape nécessaire au processus de décision. Quand on a décidé, le doute n’est plus de mise.

 

12. La question que vous n’auriez pas aimé qu’on vous posât ?

 D.H. : Une question sur ce qui touche à ma sphère privée.

 

L'utilisation (publique ou privée) de ce questionnaire est strictement réservée.
Le choix des candidats-es auquels-les le questionnaire a été adressé est absolument subjectif.

 

 

 

 

 

 

20:16 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo pour cet interview décalé.
Et merci à David Hiler pour la franchise qui le caractérise.
Si seulement les Verts pouvaient s'inspirer de leur ancienne locomotive...

Écrit par : Pierre Jenni | 24/08/2015

Hiler est unique donc irremplaçable
dommage que le CE ne sache que démontrer à quel point cet homme est exceptionnel

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 24/08/2015

Je me suis toujours demandé si cet homme d'état était vraiment un "Vert" ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 25/08/2015

Les commentaires sont fermés.