germinal01

11/06/2015

"Fini de rire" ?.....Ca sent la menace....

Vous ne m'avez guère épargnée, vous, vos bergers et vos chiens, vos socialistes, vos verts et vos AdG. On me l'a dit, il faut que je me venge ! Paraphrasant le fabuliste, c'est ainsi  que s'exprime la droite municipale oecuméniquement rassemblée, sous la plume occasionnelle de M. Décaillet, dans la dernière livraison du GHI :"Gauche en Ville : fini de rire".

Cette "droite élargie" a gagné les élections au parlement délibératif et elle a même, dans la foulée, signé un"programme commun"en dix points. "La gauche s'arrache les yeux" dit le journaliste. Pas moi.

Quoi de plus normal ? Fin 1990 (avant et pas après les élections) le parti socialiste, les Verts et le Parti du Travail avaient signé une plate-forme d'alliance qui donnera naissance à l'Alternative qui sera largement majoritaire au Conseil municipal pendant vingt ans. Aujourd'hui ces fiançailles à droite incommodent le PDC et créent des remous en son sein...pas de quoi alarmer le président cantonal, M. Desfayes, qui annonce sur le plateau télévisé du même journaliste "que le linge sale sera lavé en famille" pas plus tard que lundi soir prochain".....vedremo.

On n'a pas vraiment rigolé ces quatre derniers lustres, on a beaucoup travaillé ; je confesse cependant volontiers que cette confortable majorité était parfois lassante et manquait de piment. Je me souviens, lors d'un débat budgétaire, de la résignation attristée du chef de groupe libéral J-P. Oberholzer, de la cinquantaine d'amendement de G. Queloz sur le dpt des sports (pour un montant dépassant à peine 100.000 frs) vaine tentative de torpillage. Des frissons quelques fois où nous fûmes sauvés par des francs-tireurs chrétiens-sociaux (j'ai les noms).

Cette période hégémonique de la gauche s'achève. "Tout a une fin,sauf le saucisson" disait Francis Picabia.

"Droite + MCG totalisent 43 sièges sur 80. Donc le pouvoir". Soyons sérieux ! Un journaliste expérimenté comme M. Décaillet sait très bien que le pouvoir est ailleurs ; il suffit de lire la LAC (loi d'administration des communes) ou l'AGEFI.

Menace écrivais-je dans le titre de ce billet : elle plane en effet sur le milieu associatif ; je cite "si cette nouvelle donne pouvait au moins calmer un peu l'ardeur de ces dizaines "d'associations" qui considèrent comme un dû inaltérable les subventions qu'elle reçoivent chaque décembre, elle aura servi à quelque chose.Je réponds de la même manière que j'avais répondu en son temps à M. Lescaze puis à M.Pardo en demandant du courage ; que l'auteur ces propos désigne clairement des lignes budgétaires, donne le nom de celles et ceux qui vont "bénéficier" de cette nouvelle donne. Au hasard... pourquoi pas des associations et des fondations ?
Pan sur la tête du théâtre Am-Stram-Gram, de la Fondation d'Art dramatique (Poche/Comédie), sur le théâtre du Loup....pan ici, pan là, cette menace anonyme ne doit pas rester anonyme ! Des noms....des noms....
Qu'est-ce que vous en pense-t-il M. Décaillet ?

On attend les braves et vaillants en décembre 2016. La gauche, même minoritaire sera prête à défendre la culture et ses gueux quémandeurs (oui, j'ironise).

....tout passe..... 

 

 

 

 

16:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.