germinal01

21/02/2012

Non au mercredi matin !

Il est agréable de se remettre lentement d'une bronchite en restant chez soi.

On prend le temps d'écouter de la musique (ce matin consacré à Enrico Rava), des podcast d'émission, de consulter attentivement la presse écrite (instructif car des fois ça risque d'être vrai), de regarder plusieurs journaux télévisés et de consacrer quelques heures à la lecture (par exemple l'ordre du jour du Grand Conseil, le tableau de conjugaison de Samuel Roller ou, pour le plaisir et au hasard, quelques pages d'Antoine Blondin).


J'apprends du correspondant TSR à Paris que la candidature de Marine Le Pen commence à inquiéter. Elle aurait même une ou deux fois ces dernières semaines dépassé Nicolas dans les sondages au premier tour.  Il existe donc des gens sérieux (ahhhh... si ce Môssieur passe à la T.V et qu'il s'y arrête quelques minutes ça doit être sérieux) qui croient à l'IFOP comme d'autres croient au Père Nobel, au catéchisme PISA ou aux vertus du mercredi matin d'école supplémentaire. Désopliant ou inquiétant !

A ce propos je n'hésite pas à prendre une position contraire à celle de mon parti et de m'aligner sur celle des Jeunes Verts qui appellent à voter NON à cette "réforme" de l'école. J'ai enseigné une trentaine d'années à l'école primaire dont plus de vingt aux Pâquis où la population scolaire présente une très forte proportion d'élèves en grande difficulté.
Je me sens autorisé, pour avoir mesuré où c'est profond, (quel prétentiard !) à affirmer que + d'école ce n'est pas mieux d'école ; c'est juste l'expression d'une forte conviction pédagogique et pas celle d'un argumentaire syndical. Elle est fondée sur une  expérience concrète  :" le long chemin de faire"...... comme le pratiquait Célestin Freinet et comme me l'ont transmis Jean-Pierre Guignet, Raymond Dorsaz et quelques autres.

"Mais Pierrot, tu radotes.... l'école a changé.....".
Ah bon ? Qu'est-ce qui a changé : les poissons, l'eau de l'aquarium, le design de l'aquarium ?
La pédagogie est un artisanat millénaire qui résiste au temps car il est fondé sur une relation entre deux personnes ; si cette relation fonctionne, tout est possible.....une liste de prénoms défile à l'instant sous mes yeux et chaque enseignant peut produire la sienne.
Je persiste à penser que l'exigence et la crédibilité magistrales, l'instinct, le savoir-faire d'une part et un encadrement d'appui nourri, ciblé et individualisé sont beaucoup plus efficaces que les vélléités performistes auxquelles veulent nous faire croire les mercredis matin qui chanteraient.

Patience et longueur de temps font plus qu' Harmos ni que PER !

.....tout passe......

 

 

 

 

16:48 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour !

Je suis Neuchâtelois (même si j'ai un blog TDG), et comme dans mon canton, le mercredi matin est pris par l'école obligatoire et lycée (c'est-à-dire le collège), je ne comprends pas exactement votre combat...
Vous pourriez m'expliquer les motivations ? Merci beaucoup !

Très cordialement,
Daniel Sparti

Écrit par : Daniel | 21/02/2012

Un chaud merci, Pierre Losio, pour ce témoignage qui vient du plus profond de vous. Il sonne vrai!
Je regrette que dans ce combat pour le mercredi matin d'école on ne tienne pas compte que l'enfant apprend aussi en-dehors de l'école, avec des méthodes complètement différentes qui, pourtant, lui apportent des éléments fondamentaux pour son développement non seulement culturel mais corporel, affectif et pratique. Les éducateurs des centres de loisirs peuvent aussi témoigner de l'équilibre qu'ils apportent aux enfants qui ne sont pas scolaires.
Quant à l'explication qu'il faut apprendre l'anglais, pourquoi ne pas l'inclure dans certains moments de la semaine, sous forme pratique par exemple lors des séances de gymnastiques, des jeux de récréation, des chansons, etc?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21/02/2012

Bravo pour votre prise de position! Le mercredi matin est une aberration, ou alors oui à l'école de 5 jours, mais à la mode finlandaise, c'est-à-dire que les cours sont TOUS terminés avant 14h00. Le reste n'est qu'enfumage. La quantité ne remplace pas la qualité.

Un exemple concret:
32 heures de présence à l'école
+ 2h30' de cours le mercredi
+ 45' de cours le vendredi
+ 4h de cours le samedi

soit 39h15' sans compter le temps passé à faire les devoirs et on voudrait ajouter encore 3h30' le mercredi matin?! Y a-t-il encore un demeuré pour venir parler rythme d'apprentissage et autres conneries du même tonneau?

Et beaucoup d'élèves font en fait déjà 40 heures de présence à l'école en comptant le parascolaire.

Quant à l'apprentissage des langues étrangères, c'est bien plus jeune - dès 4 ans - qu'il faut commencer et en immersion.

Mais tant que l'incompétence règne...

Écrit par : Johann | 21/02/2012

Tout enseignant qui s'intéresse vraiment aux élèves et à leur vie, plutôt qu'aux théories pédagogiques, fera la même constatation que vous. Bravo donc!

Écrit par : Mère-Grand | 21/02/2012

Il ne faudrait tout de même pas que l'école devienne encore plus un abrutissoir comme elle l'est déjà aujourd'hui, malheureusement.

Faut-il vraiment que les enfants soient formatés comme du prêt-à-porter que l'on lance sur le marché du travail comme une vulgaire marchandise ?

Les enfants n'ont-ils pas le droit de souffler un peu et surtout de rêver, tout simplement ?

Laissons leur la part du rêve, c'est un droit que tout être humain doit avoir, fichtre diantre !

Merci Monsieur Losio pour votre prise de position claire.

Écrit par : Benoît Marquis | 22/02/2012

Merci à tous ceux qui ont commentés avant, cela m'a permis de clarifier ce que j'entrevoyais déjà !
Au final, vous avez de la chance à Genève...

Écrit par : Daniel | 22/02/2012

Les commentaires sont fermés.