germinal01

26/01/2012

Bad swing !

"It don't mean a thing if it ain't got that swing" un magnifique standard gravé dans l'histoire du jazz.


"C'est une non-affaire" dixit il y a une quinzaine M. Pascal (non, pas le Monsieur qui parle à 8h25 sur RSR 1) . Il n'en demeure pas moins qu'il en parle presque tous les jours soit dans les cordes, soit à chaud.

La république est agitée, secouée. Il est question d'une élection partielle. Quelques impétrants inofficiellement déclarés se sont succédés sur le plateau de la Praille. (A ce jour....peu ou pas de femmes.) Le formatage des candidatures potentielles est en cours.......alors que la justice n'a pas encore dit ce que le droit lui commande de dire.

La pression médiatique à large spectre accélère le tempo, la classe politique (j'en fais partie) déchiffre péniblement une partition incertaine, intrigue, ponctue à coups de riffs cuivrés ce qu'elle prend pour une mélodie ; quelques hasardeux et maladroits chorus tentent de s'élever au-dessus du magma sonore ; de Veyrier, de Berne, d'Onex klaxonnent les cromornes ; en attendant la cadence, rendez-vous au tas de sable comme disent les "musicos".

Est-ce "Aux armes Genève" que l'on exécute ?

Au centre de tout ce vacarme, un homme, de plus en plus seul, dont la dignité doit être préservée (quel(s) que soit l'écart, la faute, le délit qu'on lui reproche dans sa vie privée) et que la loi protège par la présomption d'innocence jusqu'à ce que la justice tranche. Un homme avec qui je me suis étripé au Conseil municipal de la Ville de Genève , que je côtoie à respectueuse (au sens strict) distance dans le cadre du Parlement cantonal (séparation des pouvoirs oblige). Un homme que je connais peu. Un homme qui fit cadeau aux élèves de ma classe d'un bel ordinateur dont il n'avait plus l'usage il y a quelques lustres. Un homme quoi. Faillible comme les autres.

Au centre de tout ce vacarme, la République, l'image de ses institutions dont le brocardage est devenu un sport très trendy.

Duke_Ellington_at_the_Hurricane_Club_1943.jpg

 

 

 

Je n'ai aucun goût pour les hymnes guerriers, je préfère le swing délicat de Duke Ellington ; pourtant le swing qui nous est actuellement balancé ne balance pas, il claudique.

Ce n'est bon ni pour la musique, ni surtout pour la République.

...........tout passe........

 

 

 

23:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ce n'est pas de bon jazz, mais le danse des canards dans la mare.
De toutes façon, comme nous ne sommes pas (ni toi, ni moi) dans le cercle des initiés, nous sommes condamnes a jouer du triangle.
Tout lasse...

Écrit par : Bertrand Buchs | 26/01/2012

Écoutons le swing d'une "Caravan" qui passe, et tout le reste, on s'en passe.
Ne cherchons pas les quatre coins du triangle du monsieur qui parle dans le poste de TSF. Il fait tourner le lait.

Écrit par : Benoît Marquis | 26/01/2012

Les commentaires sont fermés.