germinal01

14/03/2011

Ville de Genève : la chambre introuvable

C'est à cette formule que se résumait ma note pronostique de vendredi dernier : une prévision sans égal.....mais pas sans ego (emprunt à Olivier Jornot, primus inter pares Consilii Magni...génitive terminaison à contrôler)


 

Ce matin, tout le monde ou presque s'interroge : avec qui aller au Palais Eynard ? et comment y aller ? A pied, à vélo, en TPG, en 4 x4, en cortège avec une sono qui donfe l'Internationale, avec ses cousins, ses cousins éloignés, sa famille recomposée, sa famille décomposée, d'anciens amis, de nouveaux camarades de jeu, des connaissances de passage........

Le MCG, qui comme d'hab ne coupe pas les cheveux en quatre mais les gens en deux  , a une solution simple et binaire qu'il vient de proposer via communiqué de presse : union de toutes les forces populistes, conservatrices (là il oublie Ensemble à gauche), réformistes, laïques, chrétiennes, MCG-UDC-PLR-PDC, ce qui impliquerait une liste de cinq candidats-es (l'UDC a davantage de voix que le néo-PDC-bling elle peut donc aussi présenter un candidat) : on ne serait plus dans le monocolore déjà tragiquement éprouvé dans le Grand Préau mais plutôt dans le camaïeu....(je n'ose pas dire le dégradé...voire le dégradant pour certains). Une sorte de Front large (et bien dégagé sur les oreilles svp) qui regroupe tout ce qui dort à droite dans une chambre twin.

Cela pousse déjà certains états-majors à préparer des numéros de music-hall entre claquettes et contorsionisme. Le candidat de Voici et Closer est sans aucun doute preneur ; il l'a en tous cas laissé entendre hier à UniMail au grand désespoir, je suppose, de son président cantonal, l'excellllent Fr. Gillet qui lui n'oublie pas que le Congrès cantonal PDC, à deux ou trois reprises, a confirmé qu'il ne voulait pas d'alliance avec l'UDC....alors vous pensez avec le MCG ! Ce qui est certain, si cette alliance se concrétinise, c'est que le PDC implosera.

Bien vu stratégiquement cette proposition du MCG.....on vous propose la victoire assurée et vous chipotez ? Le peuple s'en souviendra...et hop Medeiros...plus haut que Carrero.....dans un fauteuil !

Et maintenant, que va-t-on faire ? (G.Bécaud. Il n'y a pas que Lénine qui s'interrogeait).

Pierre Maudet expliquait hier qu'il ne faut pas confondre l'arithmétique et la politique. Soit. Comment cependant convaincre le corps électoral qu'avec à peine + de  25% des sièges au Conseil Municipal l'Entente gisante peut avoir l'ambition d'occuper 60% des sièges au Conseil Administratif ?
Même question pour l'Alternative : comment, avec moins de 50% des sièges au Conseil Municipal, revendiquer 80% des sièges au Conseil Administratif ? De plus, sans claire majorité au parlement délibératif, vaut-il la peine de faire sans cesse des forcings pendant quatre ans au risque avéré de voir les programmes, les propositions de gôôôche et vertes, singulièrement édulcorées ou dénaturées ?

...les assemblées générales des partis décident ce soir et demain....

La communication

Quand la droite gagne une votation (referendum, initiative) ou une élection, on explique souvent chez les anchois et les esturgeons que les moyens de campagne étaient démesurés, que les milieux économiques ont engagé des soutiens financiers sans précédent..etc...etc...snif..snif.
Les résultats du 13 mars infirment ces propos. Deux exemples : avec de très faibles moyens dans les communes hors VdeGe l'UDC s'en sort plutôt bien, le MCG, lui, cartonne avec du savoir-faire, de la présence permanente et des soirées tupperware.

A l'inverse, le candidat de la branchitude a investi, grâce à la générosité et l'intuition infaillible (oui c'est de l'ironie) de sponsors, bien plus de 100.000 frs dans la campagne..... sans compter la contribution du PDC, les heures passées sur les réseaux sociaux (ses amis facebookiens se seraient-ils abstenus ?)  pour un résultat-flop qui a fait sourire jusqu'à Moillesulaz.... et comme rien n'est plus beau qu'un lieu commun (sinon les Essais de Montaigne et le tableau de conjugaison de Samuel Roller) on peut vraiment dire que "l'argent ne fait pas le bonheur".

Défaite verte

J'ai entendu beaucoup d'analyses sur le sujet, peu m'ont convaincu : les Verts ne sont pas assez présents dans le milieu associatif, ils ne sont pas assez à gauche, il y a un manque de leadership, la proposition des 200 rues a effrayé certains de leurs électeurs, leurs candidats déclarés au Conseil administratif n'étaient pas ceux qu'on attendait hors du parti.......  ouais....hmmm....hmmm.

Ne serait-ce pas plutôt que la conduite municipale (non pas le programme ou les contenus) manquait de lisibilité et d'indépendance ? Un alignement trop régulier sur les positions de l'extrême-gauche, le renoncement rapide face à certains chantages d'AGT, l'attitude calamiteuse des élus-es verts-es lors de la dernière session budgétaire municipale ont probablement amené des électeurs à préférer l'original à la copie ou à sanctionner ce manque de verticalitude (ou excès de servitude) de notre comportement qui doit rester strictement déconnecté de l'extrême-gauche (menteuse, ne respectant pas ses engagements, pratiquant le piratage parlementaire). Il s'agit moins d'une question de valeur que d'une façon de pratiquer la politique.

Ma présidente de section est pourtant si séduisante que j'ai changé de psychanalyste.

 

......tout passe.......

16:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Excellent article, vous êtes lucide contrairement à votre parti.

Écrit par : Martha | 14/03/2011

vous hésitez entre le mystère de la chambre jaune et sauve qui peut la vie, toutes les analyses logiques et politiciennes buttent sur un comportement électoral qui semble échapper au rationnel . Vote contre toutes les prises de positions de l'UDC et MCG " CEVA- Minarets- criminels étrangers amnistie" et succès de ces mêmes partis aux élections municipales cantonales et peut-être fédérales .
Certains électeurs utilisent le Zappeur au grée des programmes ou plutôt de l'absence de programme, ils ont un peu perdu les repères traditionnels "gauche-droite" souhaitent ne plus avoir peur des "autres" frontaliers roms délinquants dealers, ne rien sacrifier sur le plan social s'ils sont Suisses ou résidents genevois de longue date quitte à faire payer la facture aux plus démunis clandestins travailleurs récemment arrivés.l'écologie est un comportement de bobos qui ont assez de moyens pour pouvoir renoncer au superflu.
quentin tarantino et son peuple fiction

Écrit par : briand | 14/03/2011

Votre explication de la "défaite verte" (vous êtes un peu dur avec vous-même) est assez juste. Tout n'y est pas cependant. Le dossier des "médiateurs culturels", propres aux Verts, a été assez faramineux, laissant la thématique de la sécurité vous échapper dans une volute aussi alambiquée que les obscurs éclaircissements politiques qui ont suivi.

Écrit par : Ganymède | 14/03/2011

Monsieur Losio,

Vous êtes un homme de rugby mais aussi de culture.

Or, 20 ans de gestion des Verts sur la culture de la Ville ont otu somplement détruit toute culture.

Plus de musées.

Un Grand théâtre à la dérive.

Des théâtres sinistrés.

Il ne reste que des montagnes de subventions, distribuées n'importe comment (théâtre du Loup et autres simagrées copinesques...)

le bilan des Verts est à la mesure de leur échec: nul, copinages et Cie, Bains des Pâquis et autres magouilles, prébendes financées par le contribuable, parkings supprimés pour des potagers dans les rues, barbecues citadins dégageant des particules fines, bref la totale, sanctionnée par la population.

On aurait préféré voir les verres s'opposer à la plage des eaux-vives, impossible à créer puisque la loi fédérale interdit le remblai des lacs et cours d'eau, mais à seul efin de flatter le populsime de Robert Cramer, qui veut se mettre en valeur avec la création dune page contraire à une de nos meilleures lois de protection de l'environnement. Les Verts ont déserté leurs idéaux. Le laquais de Mugny est désavoué par se spropres troupes au point de devoir dse retirer. Ether Alder reste aussi nulle. Et vogue la galère...

Écrit par : Andres Gomez | 14/03/2011

voir la politique genevoise de loin depuis vingt en fait ressortir les absurbités. L'échec des verts est une bonne chose. Mugny en est partiellement
responsable, mais certaines initiatives des verts ont pesé lourd également.
Les 200 rues piétonnes, le volte-face pour le garage de Rive, la "haine" de la
voiture, trop affichée, ont également joué leur rôle. Comme si les verts ne
savaient pas que la voiture reste encore le SEUL moyen de se rendre au travail pour nombre de Genevois. Et puis il ne faudrait pas oublier trop vite certaines volontés populaires. En son temps, les Genevois ont voté pour des efforts équilibrés, mi transports publics, mi transports privés. Bref les excès amèment les excès. Dès lors le succès du MCG s'inscrit dans une certaine logique. Mais également une logique qui rend Genève ingouvernable pendant quatre ans. Sinon avec des majorités qui changeront au gré des sujets. Bon vent.

Écrit par : jean-marie laya | 16/03/2011

voir la politique genevoise de loin depuis vingt en fait ressortir les absurbités. L'échec des verts est une bonne chose. Mugny en est partiellement
responsable, mais certaines initiatives des verts ont pesé lourd également.
Les 200 rues piétonnes, le volte-face pour le garage de Rive, la "haine" de la
voiture, trop affichée, ont également joué leur rôle. Comme si les verts ne
savaient pas que la voiture reste encore le SEUL moyen de se rendre au travail pour nombre de Genevois. Et puis il ne faudrait pas oublier trop vite certaines volontés populaires. En son temps, les Genevois ont voté pour des efforts équilibrés, mi transports publics, mi transports privés. Bref les excès amèment les excès. Dès lors le succès du MCG s'inscrit dans une certaine logique. Mais également une logique qui rend Genève ingouvernable pendant quatre ans. Sinon avec des majorités qui changeront au gré des sujets. Bon vent.

Écrit par : jean-marie laya | 16/03/2011

Il ne s'agit plus de faire des belles phrases ou de tergiverser, nous devons prendre nos responsabilités afin de faire en sorte que la gauche quitte la Ville de Genève. Oui, cela fait plus de 20 ans qu'elle est présente. Il serait temps de changer afin que notre Cité puisse évoluer dans le bon sens. Cessons de refuser tous les projets, Cessons de paralyser notre Ville, Cessons cette corruption et la politique des petits copains. Nous avons un besoin urgent que la Ville de Genève se développe avec des gens censés, qui ont envie d'investir pour Genève. La gauche n'a rien à proposer, elle passe son temps à se "chamailler" et durant ce temps-là aucun dossier n'est suivi ou travaillé sérieusement. Nous demandons une politique à long terme. Nous devons inventer, créer des emplois, accepter de nouvelles PME qui s'installent à Genève qui nous apportent des nouvelles technologies dans tous les domaines. Des emplois nouveaux vont surgir et cela va accroître notre économie. Nous ne pouvons plus accepter leurs anciens discours arriérés remplis de dogmes paralysants. 20 ans de constat négatif. Oui la droite est positive et stimulante. Nous sommes dans la réalité du 21e siècle, nous avons des réflexions à long terme, nous souhaitons rattraper le temps perdu et faire de notre Ville de Genève, une ville qui sera représentative d'une ville internationale. Nous sommes dans une situation très grave, la droite doit s'allier pour éliminer ces gauchistes incompétents.
Plus tard, nous pourrons discuter. Alors soyons positifs et votons pour toute l'entente de droite. Je n'adhère pas à l'UDC ni au MCG, mais nous devons être ensemble pour gagner.

Écrit par : rose des sables | 20/03/2011

Les commentaires sont fermés.