germinal01

22/05/2010

Knocking on the heaven's door

Tout d'abord quelques lignes sur l’arnaque du flyer qui annonçait le spectacle : y figurait une guitare électrique mythique, que ne possède qu’un seul musicien à Genève ( l’excelllllllent Christian Graf…. car je ne sais ce qu’est devenue celle de François Zmirou) : la Fender Jaguar ; retirée du catalogue en 1975 sous l’ardente concurrence de la Stratocaster, mais remise à la mode par Kurt Cobain (la sienne était vert perruche comme les semelles de la danseuse) au cours des années 90……



guitare3.JPGJe me réjouissais à l’idée de voir, de mettre le nez sur cet objet légendaire mais  l’ADC m’a fait savoir qu’il y aurait une autre guitare sur le plateau des Eaux-Vives, ce qui constituait une raison suffisante pour renoncer à ce déplacement sur la rive gauche……..blèfle j’ai quand même fini par traverser.

La danseuse entre, elle ouvre la fenêtre, change de vêtements et après une vingtaine de minutes extrait  du coffre l’instrument. Horrrrreur ! Le carrosse s’est effectivement transformé en citrouille : une vulgaire fausse Fender Stratocaster, qu’Interpol connaît sous l’identité de Squier, clefs et potentiomètres tout ce qu’il y a de plus cheap caramba !….adieu veaux, vaches, cochons zet Jaguar !

Bon d’accord…..mais le spectacle ? Les invertébrés auront certainement dit : « intéressant ce travail.... ». Ma culture chorégraphique contemporaine étant égale à celle que j’ai de la théorie des fractales je ferais mieux de me la coincer. J’ai été pourtant très impressionné par tout ce que l’on peut faire avec son corps et une guitare. Certes Jimi Hendrix mordait les cordes de sa Strat’,  Pete Thowsend moulinait des coups de boutoirs sur sa Gibson et finissait par la destroyer, Marc Ducret triture avec passion un bijou de lutherie corse.
Mais là, c’est paisible, diagonal, carressant, soutenu par le discret ronron de la tour Marshall, émaillé de quelques effets Larsen. Une belle réussite noir/blanc dont Godard pourrait nous expliquer la métamorphose belphégoresque et la sensuelle possession finale de ce contrefait objet du désir.

Suivant des instructions microphoniques, la guitare (oniriquement ce n'en est pas une) retourne dans son coffre, la danseuse remet ses habits de ville, elle sort dans l’autre diagonale.
On aime toujours autant Robert Zimmerman.

.....tout passe.......

ceci est une vraie Fender.... The Jaguar

17:47 Publié dans Danse | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les guitares jouent
Ça commence à chauffer
Oui, encore plus fort
Les guitares jouent
...
Vive les Clackos! Bien que ce morceau ne figure pas (encore) dans leur répertoire.
Oui, je sais...."Tu parles trop, j'entends du soir au matin..."

Écrit par : Duval | 22/05/2010

Mais cette chanson est au répertoire des clackos, cher André. Tu roupilles pendant les concerts :-)

Écrit par : pierre losio | 22/05/2010

Elle est bien jolie ta Fender, Pierre. Et on voit qu'elle a du vécu. Slap-la hardemment de ma part !

Écrit par : Antoine Bertschy | 22/05/2010

Houps....toutes mes exccuses. C'est vrai que ce n'est pas ma préférée...le surf, bof! C'est probablemnt la raison pour laquelle elle ne m'a pas "frappé". Le principal, c'est le bol d'air que vous me procurez! J'adoôôôre.

Écrit par : Duval | 22/05/2010

Cher Pierre,

J'ai vu une authentique Fender Jaguar dans la vitrine de "Servette musique" il y a peu... Christian Graf aurait-il vendu son joyau ou un autre Jaguar aurait-il bravé Schengen pour élire domicile dans notre belle Cité ? Le mystère de la Jaguar baladeuse et surnuméraire reste entier...

Amitiés PG

Écrit par : pierre gauthier | 22/05/2010

J'dois dire que ce que la dame en survet noir a fait hier soir avec cette Squier, y a que les
meuf qui peuvent faire ça, de la faire sonner qu'avec les cuisses et en la trainant par terre avec la bouche...foi de guitariste. Gabor.

Écrit par : GK | 23/05/2010

Les commentaires sont fermés.