germinal01

26/05/2009

Comptes de l'Etat 2008

Genève à bon port


Il y a bientôt quatre ans, au lendemain du vote (acquis de justesse à 50,7%) d’un mécanisme de sanction en cas de déficit persistant dans le compte de l’Etat, le grand quotidien bleu titrait en pleine page : « Genève a quatre ans pour éliminer ses déficits ». On en était déjà à brocarder le « ninisme » explicité par le Conseil d’Etat lors du discours de Saint-Pierre. « Nous n’allons pourtant pas changer de cap » affirmait alors le grand argentier David Hiler……l’objectif a été atteint bien plus rapidement que prévu.

Ce mercredi, la commission des finances du Grand Conseil se réunit toute la journée pour finaliser ses travaux au sujet des comptes 2008 ; on arrive à la fin de la législature et c’est donc le dernier exercice qui est examiné dont  le gouvernement, dans composition actuelle, porte l’entière responsabilité alors que la crise financière commence à produire ses effets dans le domaine économique.

 

Il convient de constater que nous allons aborder une période de difficultés bien mieux armés qu’on ne le craignait. On le doit à une période de conjoncture florissante, avec des entreprises performantes notamment dans le domaine des exportations qui ont engendré pendant plusieurs années des recettes fiscales exceptionnelles qui ont rapidement permis au compte de fonctionnement de l’Etat de retrouver les chiffres noirs.

Mais on le doit aussi à l’action très volontariste et efficace du Conseil d’Etat de maîtriser les charges de personnel (sans licenciements, avec reprise de certains mécanismes salariaux et même introduction d’un treizième salaire) et d'appliquer une réduction drastique aux dépenses générales qui avaient explosé dans les précédentes législatures. Outre la reprise de véritables négociations avec la fonction publique, concrétisées par des accords respectés, le gouvernement a aussi entrepris une réforme en profondeur de la machine étatique, apporté davantage de transparence dans la présentation des états financiers avec l’introduction des normes IPSAS, préparé et fait voter par le parlement une nouvelle péréquation intercommunale, une nouvelle loi sur le chômage, apporté enfin une clarification nécessaire dans le domaine des investissements.

 

Ce Conseil d’Etat « de gauche » nous présente des comptes 2008 qui affichent un excédent de revenus de 496 mo tout en ayant absorbé les effets négatifs IPSAS à hauteur de 186 mo et ceux, négatifs aussi, de la RPT (nouvelle péréquation intercantonale) pour près de 100 mo.
La dette qui à fin 2006 (premier exercice du nouveau gouvernement) s’élevait à plus de 13 milliards ( !) a fortement baissé pendant cette législature puisqu’au 31 décembre 2006 elle s’établit à 11,4 milliards. C’est encore trop certes, mais on peut mesurer l’ampleur du résultat de l’effort accompli : 1,8 milliards environ de diminution.

Le gouvernement en charge amène Genève à bon port et a préparé  notre canton pour faire face la crise ; il dispose pour cela d’un réserve conjoncturelle bienvenue de  774 mo et a entrepris une vaste relance anticyclique dans le domaine des investissements.

Nous allons sans aucun doute devant deux années difficiles, mais nous sommes bien mieux « outillés » pour y faire face que d’aucuns esprits alarmistes ou « revanchards » voudraient le faire croire afin de discréditer l’énorme travail accompli avec ténacité par l’équipe de la Tour Baudet pendant cette législature.   

10:27 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

C'est qu'on sait que deux années difficiles nous attendent. Soyons prêts.

Écrit par : Charles @ phone cards online | 15/10/2009

Les commentaires sont fermés.