germinal01

06/02/2009

Ca dépote !

Autant le concert d'Enrico Rava lundi respirait au souffle de toute l'histoire du jazz, celui du guitariste français résidant à Copenhague Marc Ducret jeudi soir à l'AMR fut d'une audace urgente et aussi d'une violence maîtrisée qu'il fait bon recevoir de temps à autres dans la tronche et dans le coeur pour se rappeler que tous les chemins ne sont pas encore parcourus et que l'on peut être contemporain, allumé sans être aculturé (en témoigne l'émouvante salutation "picking" adressée à Louis Amstrong)

Cet élégant musicien au crâne rasé, porte sur scène avec bonheur (et depuis longtemps) un pantalon de cuir rouge..... ne lui manquent plus que les lunettes à verres bleutés pour ressembler à Paul Motian. Il se situe entre Derek Bailey pour la liberté de son discours et Jimi Hendrix pour le gros son qu'il projette dans la salle et la culture rock/blues qu'il véhicule. D'une technique impressionnante mais sans frime aucune, il incarne, avec Marc Ribot, à merveille l'actualité de la guitare créative....John Scofield et Pat Metheny font figure désormais de paisibles et talentueux communiants. Sur le coup de minuit nous fut balancé un St James Infirmary littéralement ravageur.

marc_bruno_albatros.jpgComplètement destroy !
Courez chez votre disquaire habituel et, de retour à la maison, avertissez vos voisins, écoutez Marc Ducret ....  et n'hésitez pas....à donfe la sono !

je recommande en particulier le trio qu'il forme avec le bassiste Bruno Chevillon et le batteur  Eric Echampard.

photo Samuel Choisymarc ducret.jpg 

 

17:58 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.