germinal01

02/12/2008

Je me souviens des hommes en noir

Je me souviens des exclamations qui jaillissaient des gradins ou des tribunes quand j’allais au match avec mon père, Germinal.  
Je me souviens de « Arbitre vendu ! »
Je me souviens de « Sortez l’arbitre ! »
Je me souviens de « Arbitre, laitier ! » mais je ne comprenais pas ce que cela signifiait.
Je me souviens qu’aux Charmilles le speaker répétait souvent « Les sportifs ne discutent pas quand Longines est l’arbitre ».
Je me souviens des seigneurs du sifflet : Arthur Ellis, Pierre Schwinte, Gottfried Dienst, Pierluigi Collina
Je me souviens que j’étais très sévère quand j’arbitrais le tournoi scolaire de foot-ball.
Je me souviens avoir reçu de nombreux cartons jaunes pour ironie quand je jouais au C.A.G ou à Founex.
Je me souviens qu’au rugby on recule de 10 mètres si on se permet une remarque à l’arbitre.
Je me souviens avoir toujours eu de la peine à prononcer le mot « referee. »
Je me souviens de « L’arbitre ? On ne l’a pas vu…c’est dire s’il était bon ! »
Je me souviens d’un film de Jean-Pierre Mocky : « A mort l’arbitre ! »
Je me souviens qu’en 1976 Thierry Roland avait traité l’arbitre de salaud pendant le reportage de Bulgarie-France.
Je me souviens des ricanements et des commentaires désobligeants lorsqu’apparurent les premières femmes arbitres.
Je me souviens d’une jurassienne qui s’appelle Nicole Petignat.
Je me souviens que sur les pelouses elle a investi de subtilité le sens du mot autorité.
Je me souviens déjà qu’elle a sifflé dimanche son dernier match.
Je me souviens qu’il faut lui dire bravo et merci.

12:03 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.