germinal01

03/11/2008

ONE FM n'est pas seule !

Spectaculaire la mobilisation de la communauté des auditeurs de ONE FM suite à l'incompréhensible arrêt de mort signifié par l'OFCOM. La colère et l'indignation s'expriment via sms, emails, appels téléphoniques, groupes de défense (j'allais dire d'auto-défense) constitués sur la toile.

La direction de la station fait savoir qu'elle aura en fin de semaine une rencontre informelle avec les responsables bernois et déposera un recours devant le Tribunal administratif Fédéral. On sent de la conviction et de la détermination.

La classe politique genevoise s'émeut ; elle défilera tout au long de la matinée dans les studios de la rue des Bains ; le conseiller d'Etat Unger a téléphoné depuis la Russie ; il est sous le choc et souhaite prendre connaissance des considérants de la décision de non reconduction de la concession que ONE FM honore depuis plus de dix ans. Le président du Conseil municipal espère qu'une unanimité de soutien se dégagera lors de la séance plénière de demain. Une députée libérale relève que les commerçants genevois sont concernés. Une animatrice passe les appels à l'antenne ; le village helvète du bout du lac serre les coudes ; Michel Chevrolet est en pleine forme. On perçoit une vibrante et fébrile solidarité. La secrétaire générale du PDC (une de mes anciennes élèves) arrivée fort tôt, tient des propos empreints de fermeté. Une table est installée sur le trottoir, on y signe une pétition en allant au boulot.

Les critiques des auditeurs se font plus incisives, les mots plus pesants. Ca va déraper.......ça dérape. Il est maintenant question de Staline, de Ceaucescu, de la liberté d'expression. Le phoenix du MCG (qui s'était comparé il y a peu à Clémenceau, Jaurès et Pierre Fatio) déclare "qu'il n'en a rien à foutre de ces radios installées juste derrière la frontière". On s'emballe dans un registre à forte densité émotionnelle.

S'il est légitime et nécessaire que le "diktat" (dixit Mme de Witte) de Berne soit reconsidéré avec des lunettes plus objectives au vu de 40 emplois menacés, des 100.000 auditeurs recensés, de la solide santé financière de ONE FM et de son ancrage confirmé dans le PAGR (paysage audiovisuel genevois et romand), le glissement populiste aux relents séditieux n'en est pas moins insupportable. Le fédéralisme voué aux gémonies ; on assiste à la résurrection de l'utopie indépendantiste. J'exagère ? Il n'est que de lire les invites de la motion déposée au secrétariat général du Grand Conseil au nom de la Liberté de Genève par le MCG ; le Conseil d'Etat y est invité, outre "défendre avec pugnacité l'emploi dans un secteur difficile et la survie de ONE FM, à défendre la Liberté menacée par la Berne Fédérale, à requérir pour son compte la délégation de Berne pour l'octroi des concessions d'émission de radio et de télévision dans la République de Genève (tiens le mot canton a disparu), qui est souveraine et était jadis indépendante, à affirmer auprès de la Berne fédérale la Souveraineté de la république de Genève (tiens le mot...bis)

Roulement de tambour, aux armes Genève...et envoyez la fanfare. Non, ONE FM mérite mieux que ça.

Ce lundi matin 3 octobre à 6h, j'ai poussé la porte du 33 rue des Bains, siège de la radio ; j'étais même le premier à venir témoigner ma solidarité à l'équipe de ONE FM.
Je suis reparti une heure plus tard rassuré par l'impressionnante onde de soutien qui allait s'exprimer à l'antenne au fil des heures.

Je me suis aussi dit, cheminant dans les rues de Plainpalais, que sans être exemplaire en matière de patriotisme (loin de là), je restais fortement attaché aux liens qui unissent la République et canton de Genève à la Confédération.

17:30 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

ROCHAT Hot Line pour la République et Canton de Genève.
Respectueuse des lois et des citoyens, elle assurera les radios d'un équilibre voulu par les normes fédérales et européennes en vigueur.
Chacun est surpris par l'effet d'annonce, mais où est la motivation de la décision?
En avant, calme et droite. Elle agira toujours dans les délais et en connaissance des faits et du droit.
Merci Isabel!

Écrit par : Baptiste | 03/11/2008

Tu as raison l'Ami Pierre, a Genève les propos dérapent facilement! Et quand l'incendie est allumé par le Génie a 4 pattes, il y a danger. Décision incompréhensible,car,à ce jour, non motivée. Mais il est bon, parfois d'attendre les considérants avant que de faire feux de tout bois. Regardons aussi avec un doigt de prudence les larmes de crocodiles de celles et ceux a qui cette décision profite et qui, maintenant montent aux barricades de la vertu pour défendre ONE FM, jusqu'il y a peu, radio concurrente ...
PS. J'aime pas cette photo de toi ! :-)

Écrit par : Renaud | 03/11/2008

Quand on est con... (Georges Brassens).

Écrit par : Jean-Claude Cappelletti | 04/11/2008

Les commentaires sont fermés.